E X P O S I T I O N

 

Les 10 Sephiroth

Les dix sefirot (Sephiroth ) sont les dix nombres primordiaux.  Le terme est dérivé de la racine hébraïque SFR signifiant compter (numération – numérologie).  Le terme sefirot signifie qu’il ne s’agit pas de nombres ordinaires mais de « nombres principes» identifiés comme étant les dix dimensions infinies du cosmos, à savoir les six dimensions de l’espace, les deux du temps et celles du bien et du mal. Les sefirot servent à décrire la naissance du monde.  La première sefira est le pneuma divin.  De celui-ci sort la seconde sefira, l’air…  De l’air sont issus l’eau et le feu.  Les 6 dernières sefirot représentent les six directions dans l’espace.  Elles sont scellées au moyen de 6 permutations du grand nom de dieu YHW.

Le Sefer Yetsirah nous apprend que « le réel » est constitué par la combinaison des 22 lettres hébraïques, générant les 231 combinaisons binaires, à l’origine de la création du monde.

Le premier groupe de lettres est composé des trois consonnes mères aleph, mem, shin. Le second groupe est composé des sept consonnes doubles.  Elles représentent les sept planètes du cosmos, les sept jours de la semaine ainsi que les sept orifices de la tête de l’homme. Le dernier groupe est celui des douze consonnes simples placées en rapport avec les douze manifestations psychosomatiques qui se déroulent chez l’homme ainsi qu’avec les douze organes principaux. Elles représentent les douze mois de l’année.

La structure de l’Arbre de Vie
L’Arbre de Vie de la Kabbale représente symboliquement les Lois de l’Univers.  Ce schéma est formé de 4 mondes, 10 centres énergétiques (ou numérations appelées Sephiroth), 3 voiles d’existence négative non manifestée, 3 piliers et 22 sentiers. Cet ensemble forme les 32 voies de la Sagesse.
Les 4 mondes sont :
ATZILUTH : l’Emanation (les archétypes, les concepts, le mental abstrait),
BRIAH : la Création (le mental concret, les formes pensées),
YETSIRAH : la Formation (les émotions, les sentiments, l’astral),
ASIAH : l’Action (la cristallisation).
D’abord, Kether, Hokmah et Binah, les trois Sephirah originelles.
Ensuite, Chesed, Geburah et Tipheret, les trois Sephiroth réellement créatrices. Après Netzah, Hod et Yesod, et  pour terminer Malkut.

Les 10 Sephiroth sont :
KETHER : la Volonté, la Couronne (représenté par le Svastika),
HOCHMAH : l’Amour Sagesse (représenté par le phallus),
BINAH : l’Intelligence et la Compréhension (représenté par la coupe),
HESSED : la Miséricorde et la Grâce (représenté par le bâton),
GEBURAH : la Justice et la Rigueur (représenté par l’épée),
TIPHERETH : la Beauté (représenté par la croix),
NETZACH : la Victoire (représenté par la rose),
HOD : la Gloire (représenté par Hermès),
YESOD : le Fondement (représenté par le miroir),
MALKUTH : le Royaume (représenté par la croix aux bras égaux).

Les 3 voiles d’existence négative non manifestée sont :
AIN : la Négation,
AIN SOPH : l’Illimité,
AIN SOPH AUR : la Lumière.

Les 3 piliers ou colonnes sont :
la Miséricorde (à droite, positif, masculin) gouverné par la lettre « schin », la Rigueur (à gauche, négatif, féminin) gouverné par la lettre « mem », l’Equilibre (au centre, neutre) gouverné par la lettre « aleph ».

  • Le pilier de la miséricorde (placé à droite appelé Yachin) comporte les Sephiroth de l’aspect masculin, les aspects positifs, à savoir Hokmah, Chesed et Netzah.  Il est associé à tout ce qui insuffle la vie et pousse à son développement.  Il est souvent représenté comme une colonne de couleur blanche.
  • Le pilier de la rigueur (placé à gauche appelé Boaz) comporte les Sephiroth réceptacles teintées de l’aspect féminin, les aspects négatifs car ils tendent à restreindre les actions de la Force : Binah, Geburah et Hod.  Ce pilier est associé à tout ce qui contient, résorbe et confine la vie afin de mieux la contrôler.  Il est souvent représenté comme une colonne de couleur noire.  On l’appelle aussi parfois pilier de la sévérité, ou de la Forme en tant que forme du moule dans lequel tout vient s’inscrire.
  • Le pilier de l’équilibre (placé au centre) représente le devenir théorique de tout être humain.  Ce pilier comporte les Sephiroth qui se trouvent marquées d’une union équilibrée entre les deux principes, à savoir Malkut, notre monde, Yesod, la porte vers les sphères plus hautes, Tipheret, l’enfant divin de Chesed et Geburah, et enfin Kether, la Sephirah de l’illumination, parfait équilibre entre ces deux principes qu’elle a elle-même engendrés.

L’Arbre de Vie présente donc une structure géométrique.  Quatre cercles représentant les quatre Olanim s’intersectent les uns avec les autres tout en restant centrés sur un axe vertical entouré de deux autres axes, ces trois segments représentant les trois piliers.

 

Les 10 Séphirot sont dix puissances créatrices énumérées, dans l’ordre d’involution : Kether, Hokmah, Binah, Hessed, Gebourah, Tipheret, Netzach, Hod, Yesod et Malkouth.  Cet ordre est dit « d’involution » car il est celui dans lequel l’univers a été créé. L’ordre inverse, ou ordre d’évolution, est celui que l’on devra emprunter afin de pouvoir renouer avec l’origine, l’étincelle de vie divine qui sommeille en chacun de nous. Tout dérive de la décade et tout y remonte. Elle est l’image de la totalité en mouvement. Il est important de signaler que chacune de ces Sephiroth contient une parcelle de toutes les autres situées « en amont » et l’énergie nécessaire pour engendrer celles qui se trouvent « en aval ».

Tout en haut, sous la Couronne, le plan spirituel : l’Intelligence (à gauche) qui analyse et la Sagesse (à droite) qui intègre. Dessous, au plan éthique, à gauche : la Vitalité qui crée, et à droite, la Bonté qui adoucit ; entre eux, la Beauté qui transcende ces deux pôles.Dessous, au plan intellectuel, à gauche, la Splendeur qui contemple, et à droite, la Victoire qui triomphe ; entre eux, le Fondement qui établit le Réel dans sa réalité au-delà de toute contemplation ou domination. Tout en bas le Royaume, le plan matériel (le symbole du domaine royal réalisé)

Héssed est la région de la pensée positive, de l’optimisme.

L’arbre des Séphiroth, par sa symbolique, permet de mieux comprendre les relations existant entre, d’un côté l‘Eternel, et de l’autre côté les Humains (des deux sexes). Cet arbre symbolise la Philosophie de ces relations. Il permet aussi de mieux comprendre la Psychologie Humaine. Voici l’ordre des Séphiroth (de la plus « spirituelle » à la plus « matérielle »), et leurs significations symboliques respectives :


1 – Kéther : La Couronne, l’illumination
C’est le monde où le moi se dissout pour fusionner avec le Divin. Il est dit que la plupart de ceux qui y ont accédé s’y sont désintégrés. Cette couronne est l’auréole des saints qu’ont pu percevoir certains clairvoyants au-dessus d’êtres exceptionnels par leur pureté. Elle confère tous les pouvoirs spirituels. On l’obtient en s’affranchissant du mental et ainsi de l’Espace (Pilier de la Miséricorde) et du Temps (Pilier de la Rigueur). La Superconscience associée à Kéther et à la félicité correspond au monde suprahumain, au monde angélique. Kéther est la région de la Superconscience, de l’extase, de l’Eternel Présent.

2 – Hokmah : La Sagesse , l’élan créateur
La Sagesse, c’est aussi affiner sans cesse sa longueur d’onde pour avoir les meilleures antennes spirituelles et capter ce qu’il y a de meilleur pour soi et pour les autres. Hokmah est associé au cerveau droit créatif et à l’intelligence abstraite, inductive, intuitive. Hokmah est la région des idées futuristes, abstraites, tournées vers le Ciel et l’Espace.

3 – Binah : L’Intelligence, la forme
L’Intelligence, c’est terminer ce que l’on a commencé pour en récolter les fruits. L’Intelligence, c’est de ne pas gaspiller ses énergies mais maîtriser ses émotions, gérer son stress, savoir prendre le temps d’ écouter l’autre, observer et attendre son heure pour en tirer le plus grand profit . L’Intelligence, c’est d’accepter les épreuves pour se renforcer et libérer sa puissance intérieure. Binah est associé au cerveau gauche rationnel et à l’intelligence concrète, déductive, pragmatique. Binah est la région des idées, des concepts reliant au passé, à la notion de Temps et au monde concret.

4 – Héssed: La Miséricorde, la bonté.
La Miséricorde, c’est être large dans sa vision des choses, voir le bon potentiel en chacun, avoir foi en lui et dans la vie, se montrer généreux. Héssed est la région de la pensée positive, des pensées positives, de l’optimisme. Héssed est la région de l’abondance car en donnant, on reçoit. La région des pensées tournées vers le futur, vers les hauteurs, le Ciel, la spiritualité, les grands espaces.

5 – Gébourah : La Force , la destruction
La Force, c’est avoir la capacité de supporter les pensées négatives, de ne jamais se décourager. Gébourah est la région des pensées limitantes tournées vers le passé et le monde concret. , des pensées négatives, du pessimisme. En acceptant de s’y confronter, on devient vigilant et on se renforce mentalement.

6 – Tiphéret : La Beauté, l’équilibre
La Beauté, ici, c’est le rayonnement, le charisme, la splendeur.
Tiphéret est la région de la conscience, de l’attention, de la pensée objective, de la présence mentale. En fait ici on ne pense pas : on est, on vit, on rayonne, on est concentré sur son objectif. Toute l’énergie est concentrée sur un point unique et on devient un centre, une lumière pour le monde.

7 – Netzach : La Victoire, la réussite
La Victoire, c’est le succès, la réussite. La Victoire, c’est plaire, attirer la sympathie et obtenir tout ce que l’on désire, avoir de la chance. Netzach est la région des sentiments qui dilatent, qui élèvent vers le Ciel, l’espace.L’amour de Netzach, c’est l’amour courtois, celui de la sympathie, de l’attraction,celui qui lie et dilate, élève, Netzach nous pousse à chercher de l’espace, Netzach est la région des sentiments vers le futur, vers l’abstraction, la spiritualité, la nature,

8 – Hod : La Gloire, la raison
La Gloire, c’est la reconnaissance sociale, l’estime et le respect de soi et des autres. Hod est la région des sentiments tournés vers le Passé, l’amour de l’Ancien, le respect de la tradition. Celui qui a de l’estime pour soi en a pour les autres et a le don d’apprendre de ceux-ci. Hod nous pousse vers des endroits confinés pour y étudier. La raison, l’abstraction, la communication, la conceptualisation, les sciences, le langage, l’argent, les mathématiques, la médecine, la philosophie, la loi, les « droits ».

9 – Yesod : le Fondement, La Base
Le Fondement, c’est l’amour désintéressé, c’est le Feu de la Passion, la pureté de l’intention qui permet de matérialiser ses rêves. L’amour de Yesod enflamme, purifie. C’est celui de l’affection et de l’empathie. Yesod est la région des émotions, de la Subconscience. La Subconscience correspond au règne végétal

10 – Malkouth : Le Royaume, le matériel
Le Royaume, c’est ce que l’homme matérialise. Malkouth est à la fois l’éther physique (le monde des sensations) et le monde physique. L’éther physique est le double du plan physique et l’alimente, lui apporte la vie. Le plan physique est le monde de l’Inconscience. L’Inconscience correspond au règne minéral. Malkouth est la région de l’Inconscient, de la matière.

00 – Daath : Le Savoir, La Connaissance
(pas représentée)

Daath, c’est la banque de données où est stockée toute la mémoire du monde, tout ce qui a été perçu par les 5 sens. C’est là où se trouve l’Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal et le tentateur : Lucifer, c’est-à-dire l’intellect qui amène la séparativité. C’est la région de la Soi-Conscience où on se coupe du divin et qui provoque la Chute dans la matière. En voulant “savoir”, Adam s’est coupé du Père, de la Source et l’homme a, depuis lors, été obligé de travailler à la sueur de son front pour gagner son pain et la femme d’enfanter dans la douleur. Cela correspond à la crise d’adolescence : un passage obligé pour devenir adulte. Adam et Ève vivaient auparavant dans le Jardin d’Eden : Hessed, la séphira inférieure , où coulent des fleuves de bon lait et de miel. Mais pour devenir comme le Père et pour jouir pleinement, consciemment de ses richesses, il fallait qu’ils s’émancipent.

La région du Père, c’est Kéther, l’Unité.
Daath est la région de la dualité, de la Mère Divine.
Kéther, c’est le Père avant la conception.
Daath, c’est la Mère avant la gestation.
Hokmah, c’est le Père après la conception : l’instructeur qui illumine .
Binah, c’est la Mère après la conception :
l’éducatrice intransigeante qui sait mettre des limites.
Daath est associé au lobe frontal qui donne la capacité d’analyser et de faire des choix.
C’est le siège de la volonté humaine. “Savoir, c’est pouvoir”.
La Soi-Conscience correspond au règne humain.
Daath est la région de la Soi-conscience, de la mémoire intellectuelle.

La création

Les 10 Sephiroth de l’arbre de vie, de Kether à Malkouth,correspondent à dix étapes qui décomposent tout processus de création consciente.

Au commencement, il y a « quelque chose » d’incréé, d’infini et d’absolument indifférencié. Le plus simple est de désigner cet état par « rien », étant entendu que c’est à la fois un vide absolu (puisqu’il ne contient aucune « chose ») et un commencement saturé de potentialités.
Au départ de la création, de ce « rien » émerge « quelque chose ». Cette étape primordiale est parfois désignée par Tsimtsum : l’incréé se retire en partie, relativise son absolu, pour que la création puisse prendre place. Le voile de l’existence est ainsi franchi.

Kether est le point d’entrée par lequel la création se manifeste dans le monde, par une insufflation permanente d’existence. Dans cette étape, la création gagne sa capacité à être.

Hokmah est l’étape où est acquise l’impulsion primordiale, le primum mobile, qui pousse la créature dans l’existence. La création gagne ici sa force fondamentale, son désir de devenir. Cette énergie n’est pas orientée ni structurée à ce stade. Son désir de se réaliser ne peut pas encore s’accomplir, puisqu’il n’y a pas encore pour le réaliser de limite entre « soi » et « non-soi », ni même entre « avant » et « après » : c’est une énergie absolue, mais encore totalement potentielle à ce stade.

Binah donne à la création sa capacité à être structurée. En posant la possibilité d’une limite, Binah permet à la force de se réaliser en « quelque chose » de manifeste et d’actif. Daath correspond au franchissement du deuxième voile, celui de l’individualité. Le principe fécondant mâle de Hokmah s’unit au principe féminin de Binah, pour donner naissance à l’être manifesté.

Hessed représente la vocation particulière de la créature qui vient de s’individualiser. Cette force individualisée est la destinée ou l’inspiration visionnaire qui donne un sens et une identité profonde à toute une existence. A ce stade, la création est dotée d’un destin individualisé. Hessed est ce qui permet à l’être d’acquérir sa propre identité.

Guebourah, sur le pilier de la forme, représente la qualité de permanence:
chaque être tend à se conserver. Pour accomplir quelque chose, il faut provoquer du changement, et donc faire disparaître les formes qui s’y opposent; pour rester soi-même dans le temps, il faut préserver son identité profonde, et faire disparaître ce qui la mettrait en danger. Le «chirurgien céleste » tranche ce qu’il est nécessaire de sacrifier pour accomplir le destin désigné par Hessed. Guebourah est ce qui permet à l’être de maintenir sa propre identité.

Tiphereth réalise un équilibre entre ces deux logiques de création et de destruction, en les réalisant au point qui est juste et nécessaire. C’est le point où la volonté de créer quelque chose de spécifique devient possible. Tipheret est ce qui permet à un être autonome d’être effectivement créé,après avoir acquis son identité et sa capacité à la conserver. La création franchit ensuite le troisième voile du Paroketh: son histoire peut commencer à se dérouler.

Netzach, sur le pilier de la force, est le lieu des tendances fondamentales
qui structurent l’activité de cette créature : impulsions, envies, sentiments, sources d’énergies diverses et différenciées. La compréhension de Netzach donne la clef des motivations de l’être, de ce qui le fait bouger.

Hod, sur le pilier de la forme, est le lieu des explications, la structure de fonctionnement, ce qui relie les choses les unes aux autres. C’est le domaine de la logique et de la description abstraite, dépassionnée. La compréhension de Hod donne la clef du fonctionnement de l’être, de la manière dont il peut agir et réagir pour réaliser son destin.

Yesod, sur le pilier de la conscience, est la dernière étape avant la matérialisation. C’est le lieu de l’interface entre la conscience et le réel. La compréhension de Yesod permet de comprendre comment la conscience peut agir sur le monde réel (et inversement, comment le réel est perçu par la conscience).La création franchit alors le dernier voile, celui de l’initiation, et peut se matérialiser.

Malkouth est la manière dont la création est matérialisée dans le monde ;
l’étape finale du « verbe qui se fait chair ». C’est ici que la création devient objective, tangible et permanent